Restaurant scolaire passif : technologie et proximité au service du bien manger

Construit pour répondre aux besoins des élèves des écoles Anatole France et Curie-Michelet d’avoir un service de restauration à proximité, le nouveau restaurant scolaire de la place Jean Jaurès peut se vanter de performances énergétiques optimales pour un bâtiment de ce type, une première en France.

image restaurant scolaire

Plus de confort pour un service de restauration optimisé

La construction du restaurant scolaire de la place Jean Jaurès répond à différents objectifs :

  •  résoudre la problématique de restauration scolaire rencontrée au sein des écoles Curie et Michelet (déplacements quotidiens aller/retour longs, parfois sous la pluie, …), impliquant un manque de repos méridien, des retards en classe et de ce fait la réprobation des équipes pédagogiques et des parents d’élèves ;
  • améliorer le service de restauration actuel proposé à l’école Anatole France (local exigu, bruyant, etc…) ;
  • s’inscrire dans un schéma cohérent et pérenne pour la restauration scolaire de la ville (construction d’un nouveau restaurant scolaire pour Curie et Michelet, rénovation du restaurant scolaire de la Fileuse pour Sorlin et Voltaire, et à terme rénovation du restaurant scolaire des Oliveaux pour Daudet Sand et Sévigné Hugo) ;
  • Réaliser un bâtiment environnementalement et thermiquement exemplaire

Le personnel municipal de restauration est également bénéficiaire de ce tout nouvel équipement, et ce à différents niveaux.

Pour les chauffeurs, la livraison des repas se fera sur échelles mobiles et les denrées seront stockées directement en chambre froide, il y aura moins de charge à porter pour les agents.

En cuisine, le matériel est équipé de roulettes pour faciliter les déplacements, le lave-vaisselle est à avancement automatique, des vestiaires et sanitaires entièrement dédiés aux agents sont disponibles. Les cuisines sont dotées de fenêtres, ce qui donne un éclairage naturel. L'environnement verdoyant permet de travailler dans un cadre agréable.

En salle, le mobilier est également sur roulettes, les chaises, moins lourdes, sont plus facilement transportables et l'appui sur les tables permet un nettoyage plus facile avec une auto-laveuse. Les tables avec chaises sont rehaussées pour les élèves des classes de grandes sections et maternelles, ce qui évite aux agents de travailler à  hauteur des enfants. Des tables de 8 enfants pour les plus petits facilitent l'encadrement par les équipes périscolaires. Pour les classes élémentaires, il est possible de déjeuner  sur une table de 2, 4 ou 6 places. Les éléments de façade du self sont amovibles pour permettre d'y insérer des dessins fait par les enfants.

De manière générale, le nouveau restaurant scolaire améliore les conditions de travail, fait gagner du temps et rend plus apaisé le déjeuner avec une acoustique  performante.

Un environnement aux multiples possibilités !

Plusieurs hectares entourent le restaurant scolaire sur un site qui permet aux enfants, au personnel municipal et aux enseignants d'imaginer des ateliers, des jeux, la construction de jardins. Un bâtiment apaisé pour des espaces naturels vastes et riches de possibilités

Certifié "Passivhaus"

Un bâtiment dit « passif » n’est pas un bâtiment qui ne fait rien, bien au contraire. Ses performances en termes d’isolation, d’étanchéité, de ventilation lui permettent de ne pas avoir absolument besoin d’un chauffage pour maintenir les lieux au chaud. 
Orienté plein sud, doté de menuiseries triple vitrage, d’une étanchéité à l’air très forte, le bâtiment est pensé de A à Z dans cette philosophie « passive ». A l’inverse, quand l’été arrive, le bâtiment n’est pas conçu de manière à devenir un four pour ses occupants.

Le restaurant scolaire peut se vanter du label "Passiv'haus", label allemand de performance énergétique. Peu répandu en France il est devenu obligatoire pour les nouvelles constructions dans certains cantons d’Allemagne.

Il s'agit d'un concept global de construction de bâtiment à très faible consommation d’énergie. Le but de ce concept est de créer des logement qui permettent de se passer de chauffage conventionnel. En Français, cela signifie maison passive, c’est à dire une maison ne se chauffant pas par un moyen nécessitant des éléments consommant de l’énergie.

L’obtention du label Passivhaus  repose sur un cahier des charges précis :

  • La consommation de chauffage inférieure à 15kWh par mètre carré et par an. 
  • L’étanchéité de l’enveloppe doit être assez étanche afin de conserver la chaleur dans l’enceinte de la maison.
  • Les besoins en énergie primaire doivent être inférieur  à 120kWh par mètre carré par an.

Premier de France !

La région Hauts-de-France est en tête des régions françaises avec le plus de surfaces de bâtiments certifiés passifs. Loos sera le premier restaurant scolaire de France a bénéficier du Label Passif Classique, et sera également le premier restaurant scolaire a bénéficier d’un label accrédité PassivHaus.

Loi EGalim : la ville a pris les devants

Cette loi est issue des États généraux de l'alimentation (EGalim), du 20 juillet au 21 décembre 2017. Ateliers nationaux, régionaux et locaux, consultation publique, ont offert un temps de réflexion autour des questions d'alimentation.

La loi doit entrer en vigueur au 1er janvier 2022. Les municipalités de Loos et Haubourdin, dont la cuisine centrale est mutualisée, ont souhaité s'en emparer dès le 1er octobre 2020. Concrètement, les menus servis aux enfants comportent 50% de produits durables (viande certifiée, fromage AOP, pêche durable) dont 20% de produits issus de l'agriculture biologique % et un menu végétarien est servi chaque semaine.

Loos a également obtenu en octobre 2019 sa deuxième étoile du label de la MEL "Ici, je mange local" avec 40 % de denrées issues de filières locales. Chaque mois, les menus dans les cantines de la ville sont disponibles sur le site de la ville dans la rubrique "Restauration".

Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
Différentes vues du restaurant scolaire place Jean Jaurès
INTERVIEWS

"Un bâtiment sain, tout simplement !"

Vincent Delsinne est l'architecte du bâtiment, du cabinet d'architectes lillois du même nom. Une équipe habituée à ce type de bâtiment respectueux de l'environnement.

Construire un bâtiment dit "passif", cela signifie inscrire son projet de construction dans un ensemble et une philosophie respectueux de l'environnement. "C'est d'abord un bâtiment sain, confortable et économe en énergie" rappelle l'architecte, "l'apport principal en énergie, c'est le solaire, complété par la chaleur générée à l'intérieur du bâtiment par les enfants, le personnel et plus globalement les occupants. Associé à une isolation renforcée grâce à la ouate de celullose, on obtient des performances énergétiques en cohérence avec la démarche de bâtiment passif".

L'esthétique du bâtiment s'inscrit aussi dans cette logique de sobriété et d'harmonie : "l'un des grands principes du projet, c'est son ossature bois !" précise Vincent Delsinne, "mais cela va aussi jusqu'à la ventilation - naturellement réalisée par la conception du bâtiment et qui vient compléter la ventilation mécanique - en passant par la toiture végétalisée et les panneaux photovoltaïques qui participent à la recherche d'autonomie du restaurant.

Matthieu Montignies, adjoint éducation, petite enfance et grands projets

Du bâtiment à l'assiette, une recherche  de qualité, comme le précise Matthieu Montignies, adjoint petite enfance, éducation et mission transversale sur les grands projets : "En dehors du bâtiment qui, au final, est l'enveloppe, ce qui compte, c'est ce qu'il y a dans l'assiette. Ce projet vient mettre en lumière la politique que nous menons en faveur du bien manger".

Dans l'assiette, tout comme dans le parcours autour du déjeuner, "c'est une belle réalisation, cela faisait un moment que les enfants et les parents d'élève l'attendaient, dans un bel environnement, un confort de vie avec la proximité des écoles, ça va changer, en bien, les habitudes du quotidien !' se réjouit-il.
 

A lire aussi
Alimentation

Un an après la première étoile, la cuisine centrale de Loos-Haubourdin atteint le deuxième niveau du label métropolitain "Ici, je mange local".

Education

Retrouvez le menu de la restauration scolaire et des crèches en Liens utiles.

Cadre de vie

Depuis lundi, jour de rentrée scolaire, les enfants des écoles du centre-ville ont découvert avec bonheur leur nouvelle salle de restauration.